Inscrivez-vous ci-dessous pour devenir membre.
Nom : Courriel :

Ça sert à quoi, un mentor ?

Des mentors, j’en ai plusieurs! Et chacun est différent, tant à ce qui a trait à ses compétences qu’à ses valeurs! Chacun m’apporte quelque chose de particulier, quelque chose qui lui est propre! Chacun me fait part de sa propre vision des choses et naturellement de ses propres expériences!

Pour l’instant, j’aimerais vous parler de celui qui se plait particulièrement à me guider dans mon cheminement au sein du monde des affaires. Voici un échantillon de ce qu’il m’apporte, mon mentor :

Une attitude positive

Ce n’est pas un secret pour personne que si l’on demeure optimiste et que l’on adopte une attitude positive, la réussite en affaires est largement facilitée.

Même si je suis optimiste de nature, j’ai mes hauts et mes bas comme tout le monde. Il m’arrive de rencontrer des périodes de découragement lorsque s’accumulent contrariétés, ennuis, déboires, déceptions, revers et échecs, durant un court laps de temps.

Selon mon mentor, durant ces périodes de désillusions, il faut prendre un recul, analyser la situation et se mettre à penser autrement. Il a une façon toute personnelle de me faire voir les choses différemment devant les obstacles rencontrés, ce qui me permet de réagir positivement et d’éviter que la situation s’aggrave.

J’ai alors moins de difficultés à affronter, je suis d’autant moins déstabilisée et les obstacles peuvent alors être perçus comme des défis.

Mais n’allez surtout pas croire qu’il me fait des accroires! Il ne gêne pas pour me faire voir la réalité en face! Il me prévient que, quoiqu’il fasse, lui, mon mentor, des erreurs, j’en ferai comme il en a fait! À faire des erreurs, voire de bêtises, c’est comme cela que s’acquiert l’expérience!

L’acceptation du risque

Conserver une attitude positive en toutes circonstances, implique l’acceptation du risque. Précisons qu’il est primordial de n’accepter que des « risques calculés », terme largement véhiculé en entrepreneuriat. Il est très facile de demeurer optimiste à la suite d’une situation comportant un risque lorsque tout s’est bien déroulé, mais qu’en est-il lorsque la situation se complique à la suite d’événements hors de notre contrôle et que tout semble tourner à la catastrophe?

Règle numéro un, ne pas paniquer! Ensuite, et c’est là que j’apprécie vraiment la façon de voir de mon mentor, il faut aller au-delà de notre première impression. Regarder si la situation ne serait pas différente de ce qu’elle apparaît au premier abord. Regarder s’il n’y aurait pas un côté positif à tout cela.

À titre d’exemple, mon mentor relate le propos d’un propriétaire d’une entreprise connue mondialement qui se dit d’avis que les décisions n’ont pas à être correctes à tout coup, un résultat positif dans une proportion de 70% serait, selon lui, très acceptable. Une bonne décision impliquant une idée novatrice de premier plan, tenant compte du bénéfice potentiel

envisageable, peut compenser largement les pertes occasionnées par une erreur ou une malchance, conclut-il!

Enfin, mon mentor ne prétend nullement innover lorsqu’il me suggère de considérer l’échec comme une expérience additionnelle.

L’éthique en affaires

Mon mentor, tous mes mentors d’ailleurs, pensent en terme de professionnalisme. Qualité de travail, service empressé, respect de la garantie, entière satisfaction du client et, élément non négligeable, agir dans la légalité en toutes circonstances. Que de belles valeurs ils ont à me transmettre, mes mentors!

Ce sont des notions des plus élémentaires, mais c’est suffisant pour que je la trouve belle, mon entreprise! Mais ça fait aussi partie de la recette pour qu’elle dure longtemps, très longtemps, mon entreprise!

Photo : theeba.org