Inscrivez-vous ci-dessous pour devenir membre.
Nom : Courriel :

Le monde pour IDC Dermo, un marché de niche à l’échelle internationale !

 

«Nous ciblons des produits novateurs et uniques au monde. Nous avons bâti une équipe formée de gens ultra compétents. Nous visons un marché de niche, et ce, à l’échelle internationale. Et nous n’écartons pas, dès l’an prochain, la possibilité de réaliser des acquisitions», a énuméré, hier, le président du conseil d’administration d’IDC, Éric Dupont, à l’occasion d’une conférence prononcée devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec.

La société spécialisée dans la fabrication, le développement et la commercialisation de produitscosméceutiques – un mariage entre la cosmétique et le pharmaceutique – luttant contre le vieillissement de la peau a vu le jour en 2008. Pendant quatre ans auparavant, des études cliniques ont été réalisées pour mettre au point une innovation technologique – le Regen-16 – qui déclenche 16 mécanismes d’action agissant en complémentarité pour stimuler les propriétés régénératrices de la peau.

Contrairement à ses compétiteurs – qu’il suffise de penser à L’Oréal ou à Estée Lauder – IDM ne ménage pas sur la quantité de molécules actives injectées dans ses crèmes. «Plusieurs d’entre elles sont composées jusqu’à 43 % d’ingrédients actifs alors que cette proportion dépasse rarement 10 % chez nos compétiteurs. Notre approche globale et intégrale au vieillissement de la peau est unique au monde. Nous avons réussi à shaker l’industrie», a raconté Éric Dupont.
IDM a mis sur le marché une quinzaine de soins cosméceutiques différents. Ses produits sont en vente dans 700 pharmacies au Québec. En France, l’entreprise détient une entente d’exclusivité avec la chaîne de pharmacies Paradshop. «Depuis 2008, les ventes en France augmentent de 15 % à 20 % par année », a signalé Éric Dupont en précisant qu’IDM privilégiait deux canaux de vente : les pharmacies et les dermatologues.

Ce n’est pas avant 2014 que la société privée ouvrira à fond les vannes de la mise en marché international de ses produits. Elle est à compléter l’étape de la validation commerciale de ses produits. En avril 2011, IDM a signé une entente de distribution avec l’un des leaders mondiaux de la dermatologie, Glenmark Pharmaceuticals. Cette multinationale, basée à Mumbai, distribuera les produits québécois aux dermatologues de huit pays, dont ceux de l’Inde, du Brésil et du Mexique.

«À compter de 2014, nous allons entreprendre une phase de croissance et de déploiement de nos produits à travers le monde », a mentionné Éric Dupont qui, dans une entrevue accordée à La Presse Affaires, indiquait qu’à moyen terme, IDM pourrait enregistrer un chiffre d’affaires de 100 millions $. Simultanément à cette ouverture internationale, IDM se mettra en mode d’acquisitions pour accélérer son développement.

Pour sa part, Luc Dupont, a rappelé que son frère et lui avaient deux ambitions lorsqu’ils ont fondé Les Laboratoires EAterna en 1991. Il avait alors 22 ans. Son grand frère en avait 24. « Nous voulions réaliser un impact scientifique majeur par le développement de médicaments contre le cancer et devenir un leader mondial dans le secteur de la nutrition spécialisée et des cosmétiques ».

Aujourd’hui, AEterna Zentaris – grâce à la perifosine utilisée pour prolonger la vie des personnes atteintes d’un cancer colorectal – n’a jamais été aussi près de son but. Si le produit reçoit l’aval des autorités réglementaires – et ça pourrait arriver d’une semaine à l’autre – «ça sera probablement la plus grande découverte en cancer de l’histoire au Canada», a affirmé Éric Dupont. Quant à Atrium (suppléments nutritionnels) et au Groupe Unipex (ingrédients actifs pour l’industrie des cosmétiques), leur chiffre d’affaires combiné est passé de 6 à 720 millions $ en quelques années. S’ils ne dirigent plus la destinée de ces trois entreprises, Éric et Luc Dupont en sont demeurés des actionnaires.

 Article de la presse, 21 mars 2012 à 05h00: Affaires > Actualité économique