Inscrivez-vous ci-dessous pour devenir membre.
Nom : Courriel :

Paul Oviedo Castillo

Monsieur Paul Oviedo Castillo est un entrepreneur immigrant d’origine péruvienne. Il s’est tout récemment installé à Montréal en apportant sa volonté, son dynamisme et son optimisme. Depuis le 1er septembre 2009, monsieur Oviedo a son entreprise, Meuble fonctionnel, qui se spécialise dans le design et la fabrication d’armoires de cuisine ainsi que dans la relocalisation et l’aménagement de bureaux.

Comment construit-on son réseau de contacts d’affaires quand on vient d’arriver dans un nouveau pays, une nouvelle ville ? Le réseautage peut-il être une option ? J’ai rencontré Paul Oviedo Castillo au SAJE, pour le questionner sur ses motivations et ses attentes face au réseautage d’affaires, mais aussi sur sa toute première expérience de réseautage, qui était organisée par le SAJE et une entrepreneure, Marie-Josée Royer.

Sa principale motivation quand il a décidé d’être présent au Gainzbar, le 27 janvier dernier, c’était de trouver des clients potentiels, des fournisseurs. « Évidemment » certains diront. Pas nécessairement, car bon nombre d’entrepreneurs le font aussi pour se changer les idées, parler de leur vie à des gens qui vivent des situations semblables.

Pourquoi Paul Oviedo n’a-t-il jamais participé à une telle activité auparavant ?

« Je n’étais pas prêt. J’attendais d’avoir une offre bien préparée, car selon moi il faut aussi être stratégique quand on fait du réseautage ».

Pour lui, le temps est compté. Il n’a pas envie de consacrer trop de temps à une conversation si celle-ci n’est pas en lien avec le « business ». Bien sûr, il désire également connaître des Montréalais, peut-être même se faire des amis, mais le but premier demeure de trouver des clients. Stratégiquement, il adapte son discours à la personne qui est devant lui, car « tout le monde est un client potentiel » a-t-il dit. Monsieur Oviedo a d’ailleurs remis sa carte professionnelle à chaque personne qu’il a croisée durant la soirée. Il m’énumère sans hésitation la procédure à suivre : on commence par se nommer, on dit quel est notre entreprise ou domaine d’activité, on donne sa carte professionnelle et on pose ensuite des questions à son interlocuteur. S’intéresser à ce que l’autre fait est à ses yeux d’une importance capitale pour que les gens se souviennent de vous.

Une perception erronée concernant le réseautage est souvent présente chez les entrepreneurs en démarrage : l’idée que ce soit destiné au milieu culturel, publicitaire, aux gens extravertis. J’ai donc demandé à Paul Oviedo si, par exemple, un entrepreneur dans le domaine de la construction aurait autant de chances de tirer bénéfices du réseautage qu’un entrepreneur dans le domaine de la photographie.

« Absolument! Au Gainzbar, j’ai parlé avec un plombier et, comme par hasard, j’en avais besoin pour mon entreprise. Même si une personne est plus timide, il y a de très belles opportunités dans ce genre de soirée et il faut faire l’effort d’y aller. Ça fait partie de notre travail d’entrepreneur. »

Ainsi, il considère le réseautage comme une tâche à part entière.

Pour terminer la rencontre, je lui ai demandé quelles étaient ses attentes face à une soirée de réseautage réussie. Voici un petit résumé de sa réponse.

Tout d’abord, m’a-t-il exprimé, l’alcool et la nourriture ne sont absolument pas nécessaires et ne font qu’encombrer les mains. Ensuite, l’endroit doit être chaleureux et l’ambiance feutrée d’un bar lui plaît beaucoup. Il ne doit pas y avoir trop de participants, il a souligné sans hésitation : « je préfère qu’il y ait 40 personnes plutôt que 200. » Cela permet à son avis de créer une synergie, un contexte propice à créer des liens. La soirée du 27 janvier était aussi pour lui une manière de créer un sentiment d’appartenance, car la grande majorité des gens étaient passés par le SAJE. Finalement, il préfère qu’il y ait un « mix » d’entrepreneurs : en démarrage, en croissance et provenant d’une multitude de domaines d’activité.

Qu’est-ce que monsieur Oviedo dirait à une personne qui hésite à participer à une activité réseautage ?

« Même si je n’avais pas trouvé de client ou de fournisseur lors de la soirée à laquelle j’ai assisté, il y avait une énergie indescriptible qui était présente. Quand je suis sorti de là, j’avais encore plus de motivation. De voir autant de gens qui ont les mêmes problèmes, les mêmes joies que toi, ça, c’est émouvant! Si je suis capable de sortir de ma carapace, tout le monde est capable. »

Article rédigé par Krystel Jobin, SAJE
Avec la collaboration de Paul Oviedo Castillo, propriétaire de Meuble fonctionnel

En savoir plus ?

Courriel : pauloviedo@hotmail.com

 
  • Valérie Phaneuf

    Bonjour Krystel ! Article super intéressant vraiment !! je vais me tenir informé des prochains 5 à 7 réseautage !! Bonne journée !

    Valérie

  • Krystel Jobin

    Bonjour Valérie!

    Je suis bien contente que tu aies aimé l’article. Pour les prochains 5@7, ils seront affichés sur Facebook.

    Au plaisir.

  • Gaétan

    Bonjour Krystel

    Je trouve ton article excellente, je crois, que pour un jeune entrepreneur, un tel article peut représenter un bon tremplin dans le monde des affaires et en inciter d’autres à prendre un cheminement semblable.

    Continue ton excellent travail, et encore une fois Bravo!

    Gaétan