Inscrivez-vous ci-dessous pour devenir membre.
Nom : Courriel :

Réussir sans argent ou sans risque?

Source de la photo www.dpsp.co.uk

On le sait tous, ça prend de l’argent pour faire de l’argent. Mais que fait-on pour faire de l’argent lorsqu’on a rien à investir? Alors là, c’est plus dur. Mais dans les cas que j’ai eu à étudier, est-ce vraiment un manque d’argent ou un manque de risque?

Prenons un exemple typique : Un jeune « wanabe » entrepreneur a une idée et rêve de se lancer. Il a de la chance, carc’est un projet web donc ça ne coûte presque rien. Par contre, il doit se faire connaître et généralement, ça coûte quelque chose. Si ce n’est pas en argent, c’est en temps. Mais il n’a pas un rond à investir en publicité.

Du moins, il croit ne pas avoir un rond. Parce que oui, c’est dur de sortir 1000, 5000 ou 10 000$ de ses poches. Mais si l’on gratte un peu et que l’on réfléchit, trouver de l’argent pour se lancer n’est pas si dur.

Je crois que la peur du risque est plus difficile à combattre que de trouver de l’argent. Si je perds 5000$, ma femme va m’étriper, non?

Pourquoi donc voulez-vous lancer un projet? Pour être en business et créer des revenus? Si oui, c’est quoi d’investir quelques milliers pour en générer le double? Vous doutez de votre idée? Alors dans ce cas, il faudrait, continuer à réfléchir et peut-être sonder le marché un peu plus. Avez-vous des clients potentiels? Du monde intéressé par votre idée?

Si vous ne doutez pas de votre idée, que vous avez déjà des clients presque dans la poche alors quel est le problème d’investir? La peur du risque! C’est tellement une grande barrière qui empêche bon nombre de personnes de faire leur saut en affaires.

Mais sans risque, on y gagne quoi? Quelle est la proportion d’entrepreneurs qui ont réussi sans risquer quoi que ce soit? Ne rêvons pas en couleur, si c’était facile et sans risque, il n’y avait pas d’employés, seulement des entrepreneurs.
Un risque bien calculé et bien évalué peut être payant. Que se passerait-il si au lieu de tout perdre, vous réussissez? D’ailleurs, pourquoi perdriez-vous toute votre mise? Si vous doutez de vos capacités, peut-être que le monde du business n’est pas pour vous après tout.

Toujours est-il, même un peureux peut se lancer en affaires. Il suffit de bien s’entourer et de se lancer. Des gens d’expérience et des mentors peuvent nous supporter et nous rassurer. De plus, la peur de tout perdre est souvent bénéfique, car une fois que l’argent sera sur la table, vous n’aurez pas le choix de réussir pour ne pas tout perdre. Voilà une bonne façon de se botter le derrière volontairement!

Bref, de l’argent, ça se trouve. Votre épargne, les amis et famille (love money), votre auto qui ne vous sert à rien, le temps supplémentaire accumulé, votre voyage dans le sud annuel… Regardez toutes vos dépenses et vous verrez que vous pouvez trouver de l’argent.

Pour le reste, c’est plus une question de goût du risque. Je me lance ou je me lance pas? J’ai peur, mais je suis confiant ou j’ai peur et je ne suis pas confiant du tout? Et de quoi vous avez peur au fait? De perdre quelques milliers de dollars que de toute façon vous auriez dépensés autrement?

Allez les peureux, il est temps d’apprécier le goût du risque dont carbure les entrepreneurs à succès!

Billet initialement publié sur le blogue de Stéphane Guérin

Stéphane Guérin est associé chez NOFOLO, une entreprise qui est au Web ce que l’architecte est aux bâtiments. Il s’occupe essentiellement des technologies et du Web analytique. Stéphane a un baccalauréat en sciences informatiques ainsi qu’un MBA en affaires électroniques. Il a fait ses premiers pas sur Internet en 1991 avec une connexion 2400 bps. En 1997, il lançait deux sites Web qui allaient être revendus pendant la folie Web des années 2000. Depuis, il se consacre à différents projets d’affaires sur le Web. Il entretient régulièrement son blogue (stephguerin.com) depuis 2006 avec des articles d’affaires, entreprenariat, technologies et Web analytique.

 
  • Pingback: Tweets that mention Réussir sans argent ou sans risque? | Entrepreneur Internet -- Topsy.com()

  • oui c'est sûr. Comme on dit, qui ne risque rien n'a rien!
    Et si on a peur de risquer son argent, comment convaincre des investisseurs de mettre le leur dans notre projet. La meilleure preuve que l'on croie à son projet est d'y investir.
    D'ailleurs, les banques s'attendent à ce que on y est investit au moins le tiers du financement total (l’autre tiers étant les fournisseurs, et les investisseurs).
    Alors, allons-y, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs!
    Mano
    À vaincre sans périls on triomphe sans gloire!

  • « De l’argent, ça se trouve. Votre épargne, les amis et famille (love money), votre auto qui ne vous sert à rien, le temps supplémentaire accumulé, votre voyage dans le sud annuel… »

    Autant, je suis d'accord sur l'intérêt de la prise de risque, autant, là, je pense que ce que vous décrivez là une vision un peu aseptisée de de la récolte de fonds.

    Avoir une épargne, ce n'est pas donné à chaque aspirant entrepreneur. Pas plus qu'une voiture ou une famille avec quelques économies.. Quant au voyage annuel, il concerne 60 % des français. Les 40 autres seraient-ils dépourvus de gonades ? Certes, si on aime le risque, on peut toujours tenter le hold up. Mais bon.

    Cela dit et sincèrement, je salue votre enthousiasme communicatif à la « yes we can ».

  • Ahhh, l'éternelle question : je saute, je saute pas. Tu as bien cerné le problème : si votre idée ou projet ne vous séduit pas assez pour vous convaincre d'y investir, il faut y repenser et continuer à analyser (marché, compétition, tendance ou feu de paille, etc). Quand à trouver de l'argent, je suis d'accord avec toi : avec un bon projet, une bonne idée bien appuyée on peut toujours en trouver (dans la mesure du raisonnable et plus le montant recherché est gros plus le projet/idée doit l'être également). Il faudra peut-être aussi réfléchir à la possibilité de devoir partager le gâteau avec d'autres. C'est aussi un pensez-y bien, il faut bien se connaître. Mais quand ca réussi, c'est super le fun et ca donne le goût de recommencer. Et quand ca ne réussi pas comme on le voulait, on s'adapte, on retrousse ses manches. Il faut aussi apprendre à reconnaître quand lâcher prise. Bref, en affaires comme dans la vie, rien de simple, mais 'what a ride'…..

  • Ahhh, l'éternelle question : je saute, je saute pas. Tu as bien cerné le problème : si votre idée ou projet ne vous séduit pas assez pour vous convaincre d'y investir, il faut y repenser et continuer à analyser (marché, compétition, tendance ou feu de paille, etc). Quand à trouver de l'argent, je suis d'accord avec toi : avec un bon projet, une bonne idée bien appuyée on peut toujours en trouver (dans la mesure du raisonnable et plus le montant recherché est gros plus le projet/idée doit l'être également). Il faudra peut-être aussi réfléchir à la possibilité de devoir partager le gâteau avec d'autres. C'est aussi un pensez-y bien, il faut bien se connaître. Mais quand ca réussi, c'est super le fun et ca donne le goût de recommencer. Et quand ca ne réussi pas comme on le voulait, on s'adapte, on retrousse ses manches. Il faut aussi apprendre à reconnaître quand lâcher prise. Bref, en affaires comme dans la vie, rien de simple, mais 'what a ride'…..